Historique de l'Argus

 

Tendances observées depuis 2007 sur le secteur de Lons-le-Saunier (l'échelle est la même pour toutes les énergies).

S’il est délicat de prévoir l’évolution du coût des énergies des quinze années à venir, la tendance sur cette période ne peut-être qu’à la hausse, quelle que soit l’énergie ; même si ponctuellement, nous pouvons néanmoins constater de fortes variations du prix des énergies fossiles (fioul et gaz).

Pour un investissement raisonné, il est important de sous-peser, d’un côté le prix du système de chauffage, et de l’autre le coût du combustible, sans oublier de tenir compte de la hausse inéluctable du prix de l’énergie.

Concernant l’électricité, alors même que cette énergie figure déjà parmi les plus chères, tous les indicateurs laissent à craindre une hausse bien plus importante que pour les autres énergies. Cela s’explique en partie par de très gros coûts de maintenance dans un parc nucléaire aujourd’hui vétuste, un budget considérable à prévoir pour le démantèlement des centrales, des investissements massifs dans de nouveaux moyens de production. Cette tendance à la hausse (déjà observable depuis 2010), risque certainement d’être amplifiée par la déréglementation programmée du marché de l’électricité. Cela concerne tous les systèmes de chauffage électriques classiques, mais aussi les pompes à chaleur.

Le bois énergie (bûches et granulés), présente une sécurité plus importante quant au coût d’approvisionnement, historiquement plus stable, mais ne peut être totalement déconnecté du prix des énergies fossiles et des moyens de production.

L’énergie solaire quant à elle, demeure gratuite, disponible en quantité illimitée, pour encore quelques milliards d’année…